Comment je suis venue à l’aloe véra

martine-et-son-aloe-vera

ou plutôt : comment l’aloe vera est venu me chercher !

aloe-veraJ’étais bien tranquille sur mon canapé, à me délecter de mes séries préférées, je ne demandais rien à personne, je l’avais bien mérité après avoir élevé seule trois enfants et réjoui trois générations d’élèves avec mon fantastique talent de professeur de théâtre… mais j’avais un problème de santé. C’est vrai que je m’en accommodais, je m’étais résignée car, n’est-ce pas, il y a toujours plus malheureux que soi. Fatigue chronique, migraines tenaces, et des douleurs plein les membres. Après avoir consulté plusieurs médecins généralistes ou spécialistes qui coinçaient sur mon cas, cherchant des traces de maladie génétique encore inconnue ou me conseillant d’aller me faire soigner le mental, vu qu’à leur avis éclairé je m’ennuyais ferme dans ma retraite anticipée et que je me fabriquais mes bobs toute seule… j’ai atterri chez un rhumatologue, qui a posé son diagnostic : Fibromyalgie ! Ah bon, lui dis-je, et qu’est-ce qu’on peut y faire ? Pas grand-chose, m’a-t-il répondu. Seule, une molécule spécifique, contenue dans un nouvel antidépresseur aurait peut-être le pouvoir de me soulager… je lui fis remarquer que mon organisme récoltait systématiquement tous les effets secondaires de tous les médicaments essayés, ce qui ne l’a pas convaincu de changer d’avis. Et j’ai suivi son conseil, subissant stoïquement toutes les affres que je ne vous détaillerai pas ici, pour ne pas heurter votre sensibilité. Reportez-vous à la notice du médicament le plus proche et regardez par vous-même la liste des effets « indésirables », vous comprendrez ! Trois semaines plus tard, ces effets ô combien pénibles se sont apaisés et, un mois plus tard, les symptômes dont je souffrais avaient régressé. Ce n’était pas parfait mais, pour moi, à côté de ce que j’endurais depuis trois ans, c’était quasi inespéré, d’autant plus que ce genre de maladie s’aggrave sérieusement avec le temps. Mais l’aloe vera en formule buvable m’a ensuite définitivement débarrassée de tous ces soucis fibromyalgiques. Au bout de trois mois de traitement, j’ai constaté que tous mes symptômes avaient disparu ! J’ai attendu une année avant d’arrêter définitivement les antidépresseurs prescrits par le rhumatologue de mon cœur et, depuis, rien n’a bougé. Je suis délivrée ! Je sais pertinemment que je ne suis pas guérie car l’aloe vera n’est pas un médicament. Si j’arrête d’en boire quotidiennement, la maladie reprendra le dessus. Comment tout cela est-il possible, me direz-vous ? Et bien voilà… c’est tout pour aujourd’hui, je vous expliquerai ça plus en détails une prochaine fois !

Pas de commentaire.

Laissez un commentaire